Comment Gérer son Aversion au Risque

Une aversion au risque est l’attitude d’une personne à s’éloigner de tout risque. Elle évite tout simplement de perdre, car cela lui fait plus de mal. Cette aversion est en gros un sentiment qui anime des personnes. La particularité est que l’attitude peut vous pousser à prendre des décisions moins bénéfiques. Pour éviter tout cela, il est bien de savoir faire ces choix. Découvrez dans cet article, des astuces pour mieux gérer votre aversion au risque.

La gestion de l’aversion au risque

L’aversion au risque est présente chez la plupart des personnes qui investissent. Pas forcément de la même manière, mais personne n’aime perdre de l’argent. L’aversion intervient donc comme un automatisme qui favorise les points négatifs de la solution. Sur cette attitude, Corina Paraschiv et Olivier L’Haridon ont réfléchi. D’après eux, l’aversion est le fait que la perte soit plus impactant que le bénéfice à tirer.

A découvrir également : Quels sont les avantages de l’affacturage pour une entreprise par rapport à un financement traditionnel ?

Cela signifie que le bien-être qui diminue est causé par la perte et reste plus important. La douleur est même plus grande que le bonheur ressenti après une augmentation ou un gain. Une théorie descriptive du comportement a été mise en place pour gérer cette aversion. Elle est possible grâce au Prospect Theory dont l’auteur Daniel Kahneman fait partie.

C’est d’ailleurs ce qui lui a permis d’avoir le prix Nobel d’économie 2002. La théorie stipule une mise en évidence de la composante des comportements face aux risques. Ce qui a un grand lien avec l’aversion. L’investisseur s’éloigne donc de tout investissement dont le risque est minime.

A découvrir également : Compromis de vente : les papiers indispensables

L’usage de l’approche Lean Start-up

Afin de mieux gérer son aversion au risque, des astuces sont disponibles. C’est le cas de l’approche Lean Start-up. En réalité, c’est au niveau de l’entrepreneuriat que l’aversion fait le plus son effet. Cela a dû au fait que le projet à entreprendre comporte plus de risques. Dans le modèle de décision, la logique du bénéfice escompté domine. Il s’agit en particulier d’une infériorité des résultats par rapport aux prédictions.

C’est encore une difficulté à la matérialisation des objectifs fixés. Que ce soit l’un ou l’autre, les moyens mis en œuvre peuvent être des pertes. L’approche Lean Start-up consiste tout simplement à analyser le projet entrepreneurial avant l’investissement. Vous devez évaluer toutes les possibilités pour éviter de faire des pertes. Une étude minutieuse sera donc nécessaire.

L’usage d’une autre technique pour entreprendre

aversion au Risque

Gérer une aversion au risque est bien possible si vous utilisez une méthode efficace pour entreprendre. Il existe de nos jours une manière plus créative pour réfléchir. Ceci provient d’une communauté d’entrepreneurs. La méthode aborde les mêmes concepts, peu importe le domaine dans lequel vous investissez. Par ailleurs, cette démarche apporte beaucoup pour la prise de décision.

Une réduction du biais de prédiction et de l’aversion est un atout important de l’astuce. Pour parvenir à cela, vous devez privilégier un apprentissage, une agilité et une expérimentation fréquente. La technique pour entreprendre est de se former au préalable à l’entrepreneuriat. Vous pouvez même vous rapprocher des professionnels pour avoir des conseils. Il y aussi des agences qui peuvent faire les évaluations à votre place.

La capitalisation sur l’expérience

La capitalisation sur l’expérience est une technique qui consiste à se baser sur la connaissance, c’est-à-dire, le professionnalisme dans un domaine. En effet, certaines entités de l’Amérique ont trouvé une nouvelle règle. Il s’agit de l’accompagnement des entreprises dans leurs processus d’accélération et de développement. Une continuité de cet apport est remise en cause chaque 7 jours.

Pour ce qui est du critère qui pousse à cela, c’est la connaissance acquise. La personne qui se fait accompagner doit montrer tout ce qu’elle a retenu chaque semaine. Cela permet de savoir si le dirigeant retient de nouvelles choses pour réduire les pertes. Il ne s’agit pas de montrer que la décision est bonne et que la prédiction sera atteinte. Vous ne devez pas vous résoudre au fait que les dépenses en ressources apporteront à 100 % des gains.

Ici, vous devez juste montrer que les faits révèlent une matérialisation des objectifs dans le futur. Peu importe le type d’investissement, l’accompagnement vous aidera à faire en effet, plus de gain que de perte. Ainsi, le choix des options d’investissement ne sera plus limité. Une étude sera effectuée au préalable pour savoir comment faire son placement. Dans le jargon, vous devez passer de « je pense que » à « je mesure que ».

L’aversion au risque est un comportement qui pousse un individu à fuir le risque. Pour gérer cela, vous pouvez entreprendre différemment ou utiliser l’astuce du Lean Start-up. Il est aussi possible de faire une capitalisation sur l’expérience.

Actu