Comment ne plus payer ses courses ?

Avoir davantage de pouvoir d’achat, c’est avoir l’opportunité de se faire plaisir plus souvent. Nous en rêvons toutes et tous et les ministres qui se succèdent dans notre gouvernement nous promettent systématiquement que cela pourrait un jour devenir la réalité, grâce à leurs idées sur la façon de gérer les finances de notre pays et sur la manière dont ils souhaitent conduire celui-ci. Pourtant quel que soit le bord politique pour lequel on a un faible, il faut reconnaître que jusqu’à maintenant la révolution des portefeuilles n’a jamais eu lieu : nous devons passer notre vie à travailler et à espérer pouvoir toucher une retraite quand nous serons trop vieux.

Les bons de réductions et les cartes cadeaux

Tout le monde cherche donc des moyens de gagner mieux sa vie, afin de pouvoir consommer comme il l’entend : certains jouent au tiercé, d’autres parient sur les matchs de football, quand de nombreux autres préfèrent prendre un deuxième travail d’appoint, histoire de cumuler deux salaires. La situation est délicate pour bon nombre. Or, il existe aujourd’hui, grâce à tout ce qui se fait de novateur depuis l’avènement des technologies numériques, une solution qui fonctionne bien. En achetant des e-cartes de paiement pour faire ses achats quotidiens, l’utilisateur cumule petit à petit les avantages et au fil des années, il gagne du pouvoir d’achat grâce à des chèques-cadeaux, des bons de réduction…

Lire également : 2018 : quel rendement pour l’assurance-vie ?

Quand la population s’organise

Si les dirigeants de notre pays, tout comme ceux des entreprises pour lesquelles nous travaillons, n’ont pas toujours les moyens ni le désir de nous venir en aide, il n’y a plus qu’une seule solution : s’entraider et créer de nouvelles opportunités pour les moins fortunés. Le cas des e-cartes est aussi étonnant qu’il est performant, et grâce à ce type d’initiatives, dans lesquelles ni les banques ni la monnaie n’ont plus de rôle à jouer, de nombreux français pourraient, demain, consommer bien plus qu’ils ne le peuvent aujourd’hui, sans dépenser pour autant.

A découvrir également : Portrait : François-Xavier Demaison, un financier devenu humoriste