Comment expliquer la forte progression du CAC 40 après les attentats de Paris

Alors que les Français se réveillaient le lendemain des attentats la peur au ventre avec en toile de fond l’état d’urgence, la bourse de Paris quant à elle ne semblait nullement être affectée par la situation. En effet, pendant que tout le monde même les plus optimistes s’attendaient à ce que le CAC 40 plonge, celui-ci semble narguer l’état islamique en affichant des résultats positifs. Ainsi il y a des facteurs explicatifs au bon comportement de la bourse de Paris.

Le transport, le tourisme et les produits de luxe affectés

Si l’appréciation globale qu’on peut faire c’est que la bourse de Paris a résisté, il n’en est toutefois pas le cas pour certains secteurs qui ont plongé à diverses proportions. Ainsi, lors de la reprise le lundi 16, on a constaté que la tuerie du vendredi soir de même que les mesures prises par le président de la République ont affecté certains secteurs. Allant dans ce sens, à l’ouverture de la bourse de Paris, Air France KLM perdait 5,7%, le groupe hôtelier Accord 4,71%. Mais ce n’est pas tout, car au même moment le groupe de luxe LVMH laisse 1,39%, Eurotunnel connaissait une baisse de 3,04% et Hermés 1,35%. Le fait que ces secteurs soient les plus touchés est dû à leur dépendance aux libertés de mouvement des personnes qui s’en trouvent privé à cause de la situation et de l’état d’urgence.

A voir aussi : Comment bien choisir sa SCPI pour réussir son investissement ?

Pourquoi le CAC 40 a maintenu le cap?

Malgré les attentats, le CAC 40 a maintenu le cap. En effet, après un léger coup de mou le lundi 16, la bourse de Paris est repartie de plus belle le mardi. En effet, le lendemain le CAC 40 a ouvert avec une hausse très modeste de 0,24% pour terminer la journée en faisant un bond en atteignant 2,77%. Ainsi même les secteurs qui étaient plus chahutés la veille ont gagné des points. Ce regain de forme rapide peut s’expliquer à deux niveaux. D’abord, les bourses ont tendance à fléchir après des attentats. C’est le cas pour Wall Street le 11 septembre, Madrid en 2004 et Londres en 2005. Rapidement, les valeurs boursières se sont relevées et le CAC 40 n’a pas dérogé à cette règle. Autre chose, la BCE a en effet confirmé qu’elle allait continuer sa politique d’assouplissement financier. Une telle nouvelle est salutaire pour les investisseurs qui vont continuer à injecter de l’argent.

A lire également : Comment ne plus payer ses courses ?

Finance