Rachat de crédit : la DGCCRF dénonce les pratiques des sites

Le rachat de crédit, encore appelé restructuration, ou consolidation de crédit, est une solution financière qui vise à répondre à une situation d’endettement. Le but du rachat de crédit est de diminuer considérablement le montant total des remboursements mensuels, mais aussi d’augmenter la durée de remboursement. Ainsi le rachat de crédit est devenu une transaction très courante en France, il se fait même via certains sites spécialisés dans ce domaine. Toutefois, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a jeté un œil sur cette pratique et dénonce les sites ne respectant pas la législation en vigueur tout en les mettant en garde.

La moitié des sites de rachat de crédit hors la loi

Le constat dressé par la DGCCRF après une enquête auprès de 249 sites qui proposent des opérations de rachat de crédit est alarmant. Allant dans ce sens, le brigadier de la concurrence et de la fraude remet en question leur crédibilité par le biais des résultats d’une étude qui a été réalisée dans le cade de la répression de Fraude. En effet, cette enquête concernant les pratiques des prestataires qui opèrent dans le marché de regroupement de crédit a été faite par le CSCE (centre de surveillance du commerce électronique). Les résultats qui en découlent sont les suivants : 49,8 % des sites internet proposant des offres de rachat de crédit ne respectent pas la législation en vigueur, soit près d’un site sur deux. On remarque beaucoup d’annonces frauduleuses qui sont alléchantes de surface afin d’appâter les clients désespérés.

Des avertissements, mais aussi une plus grande maîtrise des lois

Cette enquête de la DGCCRF a certes débouché sur une découverte alarmante, mais aussi elle a permis à l’organisme de comprendre les raisons de cette situation. En effet, il y a une grande méconnaissance des lois qui régissent l’achat de crédits. Ainsi la DGCCRF qui s’est gardée de sanctionner a lancé des avertissements et des procès-verbaux tout en plaidant pour un apprentissage des textes. Ainsi, la DGCCRF ne s’est pas gardée de dénoncer aussi les sites qui trompent les ménages en masquant leur identité réelle derrière des pseudos associations caritatives ou des organismes publics. Ceci dit, en guise de conseil il est plus qu’important dans ce genre de montage de bien choisir son intermédiaire bancaire puisqu’il vous accompagne et vous conseille tout au long de l’opération.