Banque ou assurance : où souscrire son 3e pilier

Le troisième pilier se présente comme une nécessité pour beaucoup de professionnels parce que les premier et deuxième ne pouvant pas aller au-delà de 60% en termes de couverture du dernier revenu une fois à la retraite. L’avantage du troisième pilier, c’est le fait que l’assuré puisse bénéficier d’une épargne individuelle qui viendra en complément par rapport aux premier et deuxième piliers afin de jouir d’une retraite beaucoup plus aisée. Il existe plusieurs méthodes pour souscrire à ce pilier. Dans cet article, nous allons lever le mystère sur le 3e pilier pour vous en offrir une plus nette compréhension.

La flexibilité 

Lorsque vous souscrivez à un 3e pilier au niveau d’un établissement bancaire, vous disposez d’une plus large flexibilité par rapport à vos différents versements. Le montant à verser de façon annuelle n’est pas de l’ordre du contrat et est assujetti au respect d’un plafond annuel maximum autorisé. Avec le pilier 3A, vous obtenez aussi la possibilité d’observer une pause quant à vos versements lorsque par exemple, vos revenus ne sont plus réguliers à un moment donné. Lorsque le 3e pilier est souscrit auprès d’une compagnie d’assurance, un chômage sur une longue période entraîne la libération de la prime et le compte passe en mode passif. Sa réactivation peut être fastidieuse. Consulter ce comparatif de troisième pilier vous permettra d’en savoir un peu plus sur le sujet.

A découvrir également : Comment faire pour un meilleur placement de son argent en 2016 ?

La sécurité 

Concernant la sécurité, le pilier 3A contracté auprès d’une entreprise d’assurance est largement plus efficace qu’un pilier 3A souscrit dans une banque. La libération des primes en cas de déficit des gains vous offre la possibilité de poursuivre vos paiements même en état d’invalidité. Si jamais le souscripteur décède avant le terme du contrat, les héritiers pourront toucher l’intégralité de la somme et ceci, peu importe si toutes les primes ont fait l’objet d’un versement ou non. Dans le cas d’espèce, on est en présence d’une véritable assurance vie.

A voir aussi : Faîtes des économies avec votre banque